Chargement…
/, Application/L’air insalubre vulnérabilise encore plus les enfants

L’air insalubre vulnérabilise encore plus les enfants

2017-10-04T10:46:30+00:00 Par |Recherche, Application|

Idéalement, les enfants bougent davantage que les adultes ; les enfants grandissent. Logiquement, on pourrait donc penser qu’une bonne qualité de l’air leur est plus important qu’aux adultes. Un ‘mais’ très important s’impose toutefois: la majorité de nos enfants grandissent dans les villes de plus en plus polluées. Parallèlement, les maisons et les écoles sont de plus en plus mal aérées !

 

En Suède, une équipe de chercheurs spécialisés dans la médecine, la géographie et l’économie de l’Université d’Umeå a comparé la consommation de médicaments pour les pathologies psychiques de pratiquement toute la population urbaine de moins de 18 ans sur une période de 3,5 ans avec l’exposition de ces jeunes, pendant tout ce temps, à la pollution de l’air. Les travaux, basés sur l’emplacement, se sont révélés linéaires : plus l’air était pollué, plus la consommation de médicaments contre l’autisme, la dépression, le TADHA etc. s’accentuait chez les enfants et les adolescents. Une autre étude fait ressortir l’influence de l’air insalubre sur le développement du système nerveux central. On évoquera dans ce cadre les recherches menées en Espagne qui font apparaître les liens nets entre la baisse nette des prestations scolaires des enfants et la pollution de l’air environnant les écoles.

De façon très générale: une preuve statistique et linéaire flagrante

La preuve est statistique, et le nombre considérable des études aux résultats semblables la rendent pertinente. Pour les chercheurs, la conclusion est évidente:

Il pourrait bien y avoir un rapport entre l’exposition à la pollution de l’air et les médicaments prescrits pour certains troubles psychiatriques chez les enfants et les adolescents, même à des niveaux de pollution de l’air relativement faibles, dans les régions concernées par des études. Les découvertes devraient être confirmées par d’autres.

Ces travaux sont d’autant plus importants qu’il s’agit d’une pollution de l’air relativement faible. La qualité de l’air est en effet bien inférieure dans de nombreuses villes du monde qu’en Suède. Cela implique, et c’est le nouveau message, que la qualité de l’air peut prématurément porter préjudice chez des individus à un stade de vie précoce. L’étude n’indique pas encore à quel point on peut établir un rapport encore la pollution de l’air et la gravité du problème psychique. Il faudra donc approfondir les recherches.

L’importance de l’écologisation est chose évidente

Aucun individu, voire, aucune communauté n’est capable d’améliorer la qualité de l’air d’une région de façon rapide et structurelle. Ce travail requiert une collaboration, une nouvelle législation et des appels d’offre, des transformations au niveau du bâtiment, voire des mesures européennes dans certains cas. Écoles, établissements de santé ou habitants en régions d’autoroutes peuvent d’ores et déjà amplifier la végétation. Les plantes en effet contribueront activement à la purification de l’air, tant à l’extérieur qu’en appartement et cela, dès le premier jour. Pourquoi cette information n’est-elle pas propagée? Les dégâts causés par la pollution de l’air sont désormais indéniables.

 

Documentation

À propos de l'auteur:

I am chief editor and responsible for the concept of Into Green. My focus is on sustainability/cradle2cradle, new earnings models and air quality & plants.

Ajouter un commentaire