Chargement…
/, Recherche/Pourrait-on pousser l’expérience un peu plus loin?

Pourrait-on pousser l’expérience un peu plus loin?

2017-08-20T12:57:03+00:00 Par |Education, Recherche|

D’octobre 2014 aux vacances d’été 2015, dix écoles primaires de la commune de Haarlemmermeer (Pays-Bas) ont participé au projet et à l’étude « Groene wand in de klas » (Un mur végétal en classe). Au total, 17 murs végétalisés ont été mis en place. Mme le professeur Agnes van den Berg a étudié en détail les effets de quatre de ces murs sur les enfants.

 

Les murs ont été sélectionnés par les enseignants eux-mêmes: pas trop grands, pas trop petits, faciles à mettre en place et relativement simples à entretenir. Ils mesuraient 1,25 m de large pour 2 m de hauteur. À leur base se trouvait un grand bac permettant de stocker une réserve d’eau pour une durée d’une à trois semaine. Les plantes furent également sélectionnées sur la base de leurs propriétés dépolluantes dans des conditions aussi variées que possible.

Méthodologie de l’étude

Agnes van den Berg a réalisé l’étude dans quatre salles de classe au sein des deux écoles. À chaque fois, deux classes similaires avec et sans plantes ont été étudiées.

    

L’étude comprenait trois moments d’évaluation, lors desquels les élèves devaient répondre à un questionnaire et effectuer des tests de concentration et d’aptitude. Le premier moment fut préalable à l’installation du mur, le deuxième eut lieu deux mois après l’installation et le troisième quatre mois après l’installation. À la fin de la période d’étude, tous les enseignants disposant d’un mur dans leur salle de classe ont été interrogés sur leurs expériences, les leçons qu’ils en ont tirées et leurs remarques.

Le ressenti est la clé

En parcourant l’étude, on constate une similitude dans toutes les classes: l’enthousiasme des élèves pour le mur. Ce graphique permet de le constater. La première évaluation eut lieu en décembre, deux mois avant l’installation du mur ; la curiosité était alors à son comble. La deuxième évaluation eut lieu en février, quatre mois après l’introduction des plantes dans la salle de classe.

Des différences ont été constatées entre les deux écoles et entre les classes au sein des écoles, mais après correction, on constate toujours l’existence d’une ample majorité en faveur des plantes dans la classe. Par ailleurs, 50% des enfants ont également indiqué que la classe paraissait plus complète grâce au mur végétal.

Aucun effet important sur la concentration et les aptitudes

Il ressort d’une étude réalisée par Fytagoras en 2011 que les enfants obtiennent de meilleurs résultats lorsque des plantes se trouvent dans la salle de classe. La concentration y est également meilleure, mais dans une moindre mesure. La raison pourrait être que l’air dans les deux écoles avait été jugé de bonne qualité avant que ne démarre l’étude, et que les plantes ont donc eu une influence moindre à cet égard.

Cela se retrouve également au niveau de l’impact sur la santé, comme par exemple la diminution des affections des voies respiratoires. Sur ce point aussi, l’étude met à jour un effet relativement faible et peu de différences entre les classes avec des plantes et les classes sans.

La réaction des enseignants est aussi significative: parmi les 17 écoles participant à l’étude, 15 équipes pédagogiques ont participé jusqu’à la fin de l’étude. Celles-ci ont par ailleurs attribué une note de 8 sur 10 aux murs végétaux.

Conclusions et recommandations

Les choses apparaissent parfois plus clairement lorsque l’on plisse les yeux. Appliquer cela dans le cadre de cette étude nous renvoie directement au titre: les murs qui ont été installés ici ont été sélectionnés sur la base de la commodité, de l’économie d’espace et de l’efficacité, alors que rien de tout cela ne ressort dans les résultats. Les plantes rendent une classe plus vivante et agréable, et les enfants veulent profiter de ces plantes et ne veulent plus en être privés. C’est ce qui ressort de cette étude. Si vous disposez des plantes dans votre salle de classe, faites-les vivre en les intégrant au programme pédagogique et en faisant participer les élèves à leur entretien. Car c’est cela que font les plantes: elles rendent les classes plus vivantes.

Cette étude fait partie du projet « Un mur végétal en classe », une initiative de la commune de Haarlemmermeer, FloraHolland, Greenport Aalsmeer, la Ville d’Amsterdam et Into Green.

Documentation

À propos de l'auteur:

I am chief editor and responsible for the concept of Into Green. My focus is on sustainability/cradle2cradle, new earnings models and air quality & plants.

Ajouter un commentaire